Malcolm Lowry, les dessous du Volcan

Malcolm Lowry, les dessous du Volcan

Fin 1945 : l'éditeur de Lowry lui demande d'élaguer le manuscrit d' Au-dessous du volcan. L'écrivain s'y oppose fermement dans une longue lettre que republient les éditions Allia. Extraits en avant-première.

Thank you very much indeed ». L'on pourrait gloser longtemps à propos de ce « merci infiniment » sur lequel Malcolm Lowry ouvre sa fameuse réponse à son éditeur anglais, Jonathan Cape. Nous sommes au tout début de l'année 1946, et l'auteur vient de recevoir, à Cuernavaca même, au Mexique, où il est de retour avec sa seconde femme, la lettre, à ce jour inédite, que nous reproduisons ci-contre. Malgré son ton diplomatique, elle témoigne d'un rapport de lecture peu encourageant du manuscrit d'Au-dessous du volcan. Pis, l'éditeur voudrait que le texte soit amputé d'un tiers de sa longueur. Lowry, inflexible, va répondre en détail à toutes les critiques dans une longue missive qui vaut tous les cours de littérature.

« Un ami m'a signalé la publication de cette lettre en un petit volume séparé, en Italie. Je savais qu'elle était parue en France en accompagnement d'Au-dessous du volcan, notamment en "Cahiers rouges", mais j'ai eu envie de donner à lire cette réponse telle qu'en elle ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article