Mails de Flaubert ou de Darwin

Mails de Flaubert ou de Darwin

Internet marque-t-il la fin des correspondances, ou au contraire leur multiplication à l'infini ?

Signée tour à tour « le scheik qui t'aime », « Ton oncle, Tom, bon nègre », « Ton vieux ganachon », « Votre vieux troubadour toujours agité, toujours HHHindigné comme saint Polycarpe », « le R P Cruchard des Barnabites, directeur des Dames de la Désillusion », la correspondance de « votre très humble et dévoué G. Flaubert » est un trésor de style et d'humanité, très efficacement mis en ligne par l'université de Rouen. Elle rejoindra cette autre traversée qu'est la correspondance de Van Gogh, dont la version numérique restitue non seulement une vie mais aussi tout un univers, comme les très spirituels échanges de nos contemporains Pierre Senges et Arno Bertina dans la Revue critique de fixxion française contemporaine. Assurément, sur Internet, les projets éditoriaux de correspondances abondent, de l'édition intégrale des lettres de Darwin à celles de d'Alembert, le web proposant même une visualisation cartographique de la République des lettres, comme si le réseau des réseau ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon