Mahomet dans la Chanson de Roland

Mahomet dans la Chanson de Roland

Dans La Vie de Mahomet, Lamartine dépeint le Prophète comme un héros romantique et un stratège remarquable. Mais jusqu'au Siècle des Lumières, la perception de Mahomet dans la littérature occidentale est bien plus négative.

Par Alexis Brocas

Pour la chrétienté médiévale, l’islam n’est pas un monothéisme : c’est une continuation criminelle du paganisme antique, et Mahomet, un Dieu parmi d’autres. La Chanson de Roland le place ainsi dans une trinité entre Apollon (le Dieu de la magie) et Tervagant (peut-être un ancien dieu gaulois). Selon Turold, le clerc qui signe la chanson, les musulmans ont fait de leurs dieux des statues qu’ils renversent quand les dieux ne leur complaisent pas…

Cette méconnaissance peut paraître étonnante au regard des notations précises que donne la chanson de Roland à l’égard de la culture orientale – son art du verbe, incarné par l’ambassadeur Maure Blancandrin, ou encore ses fastes, symbolisés par la cour du Roi Marsile. Une légende curieuse, citée dans La Chanson de Guillaume, court chez les chrétiens médiévaux : si les Sarrasins se privent de vin et de cochonnailles, c’est que Mahomet aurait été un ivrogne, qui, un jour, se serait endormi sur un tas de fumier où il aurait été dévoré par des porcs. En fait, la figure de Mahomet pose un problème aux chrétiens médiévaux : c’est un prophète. Donc forcément un faux prophète – le Christ étant le dernier. Donc un anté-christ, au sens premier du mot, qui détourne les bonnes gens de la vraie foi.

C’est dans cet esprit que Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, demanda à une troupe de traducteurs porter le Coran en latin, en 1142. La Lex Mohammed pseudoprophete (loi du pseudoprophète Mohammed) est un instrument de combat, par ses notes résolument hostiles à l’islam, et surtout par l’intention que son initiateur lui donne « Qu'on donne à l'erreur mahométane le nom honteux d'hérésie ou celui, infâme, de paganisme, il faut agir contre elle, c'est-à-dire écrire. »

 

À lire : Le vrai Mahomet, un dossier publié dans le numéro 12 du Nouveau Magazine littéraire (daté du mois de décembre 2018)

 

Photo : Charlemagne envoie Ganelon auprès des rois de Saragosse, Marsile et Baligant, tiré des Chroniques de Saint-Denis, Bibliotheque Sainte-Genevieve, Paris, France © Bridgeman Images/Leemage

Sondage IPSOS