Madame Diogène

Madame Diogène

Une surprenante fable féministe écrite en pleine Italie mussolinienne et traduite pour la première fois.

La Massaia, c'est l'unique nom de la « fée du foyer » dont la vie est contée dans ce roman (paru en 1945), et qui se plie difficilement à sa condition après avoir refusé de sortir d'une malle jusqu'à son adolescence. Atteinte du syndrome de Diogène, qui inspira plus tard Le Baron perché de Calvino, et aussi indépendante que la Modesta de Goliarda Sapienza, elle avait, adolescente hors du monde, des pensées d'ordre métaphysique. Son parcours est régressif, sa formation inversée : de petite sage qui interrogeait le monde en spectatrice, elle devient une maîtresse de maison aliénée, gavée de soucis concrets. La Massaia agit comme un chef guerrier aux troupes de servants bien rodées. Alors elle regrette, s'interroge, fuit.

C'est l'occasion pour l'auteur de faire du roman un objet protéiforme mêlant essai philosophique, pièce de théâtre, journal intime, dialogues platoniciens. Les épisodes s'y enchaînent de manière aléatoire, au gré du rêve et du délire, dans des décors ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Éric Vuillard

Éric Vuillard
« La Guerre des pauvres est une guerre qui n'est pas terminée. »