Madame de Staël, femme de tête et reine de coeur

Madame de Staël, femme de tête et reine de coeur

Malgré [s]es oeuvres, souvent brillantes, novatrices qui furent l'objet de discussions passionnées, la postérité de Mme de Staël est douteuse 1 [...]. Il lui a manqué sans doute un grand livre - un seul suffit - qui marquât l'imagination », décrète Michel Winock dans le chapitre conclusif de la biographie qu'il consacre à cette femme extraordinaire, ouvrage qui vient tout juste de recevoir le Goncourt de la biographie. Pourtant, qui négligerait le rôle qu'elle a joué sauterait un maillon important de l'histoire des idées et de la sensibilité. Fille unique et aimée d'un père divinisé, le banquier genevois Jacques Necker, congédié puis rappelé à la tête du gouvernement par Louis XVI, elle apparaît, succédant à sa mère, comme la dernière des grandes salonnières qui ont régenté le Siècle des lumières. L'épouse de l'ambassadeur de Suède en France éblouit par sa conversation : « Mon admiration pour sa manière de s'exprimer est toujours la même », affirme Mme de Charrière, qui pointe cepen ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.