Madame Bovary, c'est elle

Madame Bovary, c'est elle

L'héroïne de Flaubert chez Albert Cohen à Marseille pendant la guerre. Ou comment une femme résiste par le désir.

Désirable, égoïste, décidée à survivre à tout, ses blessures d'enfance en bandoulière, Louison mène sa vie à rebours, renversant les codes, pulvérisant l'époque. Elle tombe amoureuse d'un Juif héros de la Résistance qui n'a rien d'un martyr. Pétain veut enfermer les femmes à la maison? Elle ne pense qu'à sortir et à aimer, confiant son enfant à ses beaux-parents juifs et menacés. Protégée par un extraordinaire parrain de la pègre marseillaise résistant, elle le laisse tomber lorsqu'il est en prison. Louison est la libido incarnée, l'instinct délicieusement amoral, une intrépide Bovary. Voici un roman sur le chaos, une joyeuse danse macabre du désir et de l'idéal, plein de bruit et de fureur, où le bien et le mal perdent leurs contours, reflet d'un temps qui nous hante encore. Marseille est l'autre femme du récit. Grouillante, bariolée de ses peuples, occupée, éventrée, victorieuse.

L'oeuvre de Paula Jacques, à la langue élégante, classique mais aussi baroque et truculente, n ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon