Madame Bovary, c'est elle

Madame Bovary, c'est elle

L'héroïne de Flaubert chez Albert Cohen à Marseille pendant la guerre. Ou comment une femme résiste par le désir.

Désirable, égoïste, décidée à survivre à tout, ses blessures d'enfance en bandoulière, Louison mène sa vie à rebours, renversant les codes, pulvérisant l'époque. Elle tombe amoureuse d'un Juif héros de la Résistance qui n'a rien d'un martyr. Pétain veut enfermer les femmes à la maison? Elle ne pense qu'à sortir et à aimer, confiant son enfant à ses beaux-parents juifs et menacés. Protégée par un extraordinaire parrain de la pègre marseillaise résistant, elle le laisse tomber lorsqu'il est en prison. Louison est la libido incarnée, l'instinct délicieusement amoral, une intrépide Bovary. Voici un roman sur le chaos, une joyeuse danse macabre du désir et de l'idéal, plein de bruit et de fureur, où le bien et le mal perdent leurs contours, reflet d'un temps qui nous hante encore. Marseille est l'autre femme du récit. Grouillante, bariolée de ses peuples, occupée, éventrée, victorieuse.

L'oeuvre de Paula Jacques, à la langue élégante, classique mais aussi baroque et truculente, n ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine