Même pas juif !

Même pas juif !

Il court, serrant contre lui une miche de pain volée à une dame en fourrure. Il sait à peine parler. Il ne sait rien faire d'autre que courir et voler. Minuscule, il se faufile dans n'importe quel trou. Des voyous l'adoptent pour ses dons. Peut-être est-il tsigane. Mais sa solitude et son attirance pour Janina Milgrom lui feront enfiler le brassard juif des prisonniers du ghetto de Varsovie, en 1939. Là, il se faufilera chaque nuit de l'autre côté du mur afin de voler des vivres qu'il rapporte à la famille Milgrom. Il traverse la pire horreur et les pires dangers avec superbe. Jusqu'au jour où arrive le train pour le camp de Treblinka...

Qui témoignera lorsque les témoins auront disparu ? Qui entretiendra la flamme des souvenirs brûlants ? Les artistes. Souhaitons à tous le talent de Jerry Spinelli, au style sec et nerveux, qui donne ici un roman lance-flammes d'une force éblouissante.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard