Mémoires vaches

Mémoires vaches

Débutant avec la mort olé olé du père, l'autoportrait d'un moraliste modeste et cassant.

Frédéric Schiffter est un auteur du Siècle d'or espagnol égaré dans le monde moderne. À la manière de Baltasar Gracián, il parcourt notre « désert d'Hypocrinde », peuplé d'hypocrites et de cancres, dont il fait son miel. Il se réclame aussi du satiriste grec Lucien de Samosate, grand pourfendeur des impostures magico-religieuses de son temps. Lui-même, nourri au biberon du scepticisme, se dit « philosophe sans qualités », par rapport à ses contemporains, de BHL à Onfray, spécialisés selon lui dans « le commerce florissant des raisons de vivre ». Sa critique des penseurs actuels porte sur le projet qu'il leur suppose : masquer la dureté du réel en faisant miroiter des utopies vertueuses à coups de bons sentiments. Au « chichi » et au « blabla » et au « gnangnan », il oppose un mépris de toute sensiblerie et un pessimisme qu'il applique aussi bien à lui-même, passant de la dérision à l'autodénigrement.

En cinquante instantanés autobiographiques qu'il invite à regrouper, avec Sc ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article