Mémoires d'un poète exilé

Mémoires d'un poète exilé

L'enfance est un pays. Celui de Nimrod s'appelle le Tchad, territoire rêvé, sauvage comme une nuée d'étoiles, réel comme le souvenir. Reconquérir cette contrée malmenée par l'histoire récente, la rebâtir au fond de soi, avec ses maisons de pisé, ses bruits familiers, ses odeurs, voici l'enjeu pathétique de cet Or des rivières . Dans un effort quasi proustien, et avec quelle subtilité de ton ! car Nimrod est un fin lettré, le poète exilé se fait le gardien d'une mémoire. Animé d'une ferveur naturelle, il opère un sauvetage. Mieux qu'évoquer le passé, il sait ici le ressusciter.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine