Mémoire sans tain

Mémoire sans tain

Elle a tout oublié, mais le psychiatre se souvient d'elle et la guide sur les traces de son passé.

Après avoir exploré l'émerveillement de la petite enfance et les expérimentations de l'adolescence dans À travers ciel puis Iles flottantes, voici que Jean-Luc Cattacin accoste l'âge d'homme. En apparence, du moins. Car, si son narrateur entre dans la quarantaine, c'est bien aux ruses et intermittences du passé que ce psychiatre consacre le plus clair de son temps. À l'instant où Léna passe la porte de son cabinet, le voilà ramené vingt ans en arrière, dans les rires enfumés d'une fête étudiante. Qu'est-ce qui, dans l'apparition de cette patiente amnésique, a résonné si fort en lui ? Comment la guider dans la nuit abyssale de ses souvenirs ? Quels témoins évaporés, quels clichés menteurs convoquer à son secours ? Et si nous ne faisions que fabriquer les vestiges que nous croyons retrouver ? Et pourquoi vouloir garder trace de notre histoire ?

Comme l'adolescent d'Iles flottantes se passionnait pour les étranges symboles du rongo-rongo, langue intra ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine