Mélodie des temps ordinaires

Mélodie des temps ordinaires

Ce nouveau roman de Mary McGarry Morris est à mille lieues de son premier livre, Disparue , réédité aujour-d'hui par Pocket. Là où Disparue pouvait entrer dans la catégorie « roman noir », Mélodie des temps ordinaires mérite tout « simplement » si l'on peut dire, à la lecture de ses 661 pages la qualification de « roman ». Car il paraît difficile, de prime abord, de qualifier avec exactitude ce livre ample, dont l'intrigue principale, pour autant qu'il y en ait une, ne justifie pas a priori un dévoilement si intense de personnages, de situations, de tranches de vie, de minutie...

Aktinson est une petite ville du Vermont - ou plutôt une « communauté », puisque aux Etats-Unis les deux termes tendent à se confondre -, dont les habitants, qui semblent tous être les voisins des uns des autres, aspirent à une vie paisible. Dans cette ville, une parmi d'autres, vit Marie Fermoyle, femme modeste mais battante, élevant seule ses t ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes