Mélancolie, vacance de l'âme et rêves d'évasion

Mélancolie, vacance de l'âme et rêves d'évasion

C'est au xixe siècle que la paresse, faute religieuse et morale, devient pleinement une faute sociale : le refus du travail moderne, productif et rentable. Par là même, elle s'enrichit d'une nouvelle valeur, libertaire et iconoclaste.

A vec l'avènement du romantisme, le goût de l'inactivité rêveuse en marge de la société et de l'action devient l'emblème de la génération postrévolutionnaire. Un mal du siècle que Chateaubriand définit comme repli sur soi, mais aussi perte d'énergie : « L'amertume que cet état de l'âme répand sur la vie est incroyable ; le c?ur se retourne et se replie en cent manières, pour employer des forces qu'il sait lui être inutiles. » C'est cette fonction négative, destructrice de la paresse, que condamnaient déjà saint Augustin, et surtout La Rochefoucauld qui la jugeait d'autant plus redoutable qu'elle a l'apparence trompeuse de la bonace, alors qu'elle « usurpe sur tous les desseins et sur toutes les actions de la vie ; elle y détruit et y consume insensiblement les passions et les vertus ». Mais si le discours des moralistes condamne aussi vivement l'inactivité c'est que, n'étant pas tournée vers Dieu mais vers soi, elle est propice aux rêveries érotiques Chateaubriand et son enchanteres ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé