Au commencement était la série

Au commencement était la série

Nous n'assistons pas aujourd'hui au premier âge d'or des séries : il y en eut d'autres, à la télévision, à la radio, dans la BD ou dans les journaux. On peut même parier que le récit à épisodes est un besoin humain fondamental, auquel pourvurent des conteurs traditionnels, bien avant Homère.

C'était il y a très longtemps. Au temps où les humains vivaient de cueillette, de chasse et de pêche. Il faisait nuit. Ils étaient réunis autour du feu. Ils avaient fini de partager la nourriture. Alors qu'ils se serraient les uns contre les autres pour se réchauffer, l'un ou l'une d'eux a pris la parole pour raconter son voyage vers l'horizon. Le premier lever de soleil, la marche le long du fleuve, des méandres de l'eau, des chemins à flanc de falaise. La rencontre avec un monstre brun et poilu, immense et large, qui plongeait la main dans un arbre creux gardé par des insectes pour la ressortir dégoulinant d'un liquide doré qu'il léchait avec délice. La longue attente que le monstre disparaisse, pour aller goûter le nectar à son tour, au prix de douloureuses piqûres.

La voix raconte comment, à la tombée de la nuit, il lui a fallu s'abriter de la pluie sous un grand rocher noir ; elle décrit chaque moment, chaque incident, chaque surprise du voyage, à travers les collines et ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine