Adaptation : Luz, de Charlie à Albert

Adaptation : Luz, de Charlie à Albert

Il y a un an, le dessinateur faisait sa Catharsis au lendemain des attentats contre Charlie Hebdo. Il se glisse aujourd'hui dans les bras d'Albert Cohen.

Le titre du précédent livre de Luz, Catharsis, définissait un programme thérapeutique. Il s'agissait de retranscrire la prise de conscience violente du traumatisme provoqué par l'attentat de Charlie Hebdo, une décharge émotionnelle nécessaire avant de parvenir à une forme d'apaisement et d'espoir. Brutal, direct, sans édulcoration, le récit suivait au plus près de son intimité le travail du deuil entre cauchemars et insomnies, paranoïa et crises de nerfs, doutes existentiels et intimité sexuelle exutoire. L'analyse crayonnée racontait sans fausse pudeur le récit difficile d'un retour à la vie et d'un retour au dessin - double résolution capitale pour surmonter le poids de la douleur.

Une année a passé, émaillée d'horreurs et de sidération, et Luz nous revient avec une approche strictement différente. Après s'être mis à nu avec une extrême crudité, le dessinateur s'efface derrière un écrivain et un livre qui l'ont marqué dans sa jeunesse. « Je me sens tout au ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine