LYDIE SALVAYRE*

LYDIE SALVAYRE*

Malherbe était si agacé par l'intérêt des professeurs pour les catégories littéraires que, lorsqu'on lui demandait si son poème était un sonnet, il répondait : « Si ce n'est pas un sonnet, c'est une sonnette ! » Je partage ce même agacement et, si l'écriture d'un livre m'emporte, je me moque de savoir s'il est classé roman d'aventures, d'amour, essai, polar ou correspondance. Mon goût de la chose écrite est tel que je peux trouver de l'intérêt à un mode d'emploi, un exposé scientifique ou un fait divers. Il m'arrive d'ailleurs d'utiliser dans mes romans leur rhétorique et de les entremêler ou de les parodier (dans Passage à l'ennemie, je joue avec les codes du rapport de police, et dans La Puissance des mouches avec les codes de ce que je crois être le polar). Cependant, si je suis honnête, je dois avouer que je ne lis que rarement ce qu'on appelle des polars. Est-ce de ma part un préjugé ? Je ne sais pas. Je crois que la lecture que je fis adolescente de Doubl ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon