L'ultime retour

L'ultime retour

Le dernier roman de l'Israélien récemment disparu, sur l'errance des déportés à la fin de la guerre.

Certaines enfances ne finissent jamais. Aharon Appelfeld, décédé en janvier, a vécu la sienne en Europe, pendant la dernière guerre, et n'a cessé d'y revenir en roman pour dire ce dont il a été témoin. L'horreur - mais surtout la bonté humaine qui s'y surimprime. Celle d'une prostituée ukrainienne qui sauve un enfant juif (La Chambre de Mariana). Celle d'un petit groupe de survivants séparés par leurs confessions et unis par leur humanité (Et la fureur ne s'est pas encore tue).

Son dernier roman allie une écriture minérale à un humanisme imprégné de religiosité qui ignore le rejet. Cela se passe en bout de guerre, dans une Europe dévastée. Les gardiens des camps viennent de fuir, les routes se peuplent de déportés. Dont un jeune garçon, Theo, qui tente de rentrer chez lui et dont le chemin est ponctué de souvenirs et de rencontres. Souvenirs d'un monde perdu, d'un père libraire endetté et d'une mère, belle, aimante et instable ; juive mais obsédée par les ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Sondage IPSOS