LUDMILA OULITSKAÏA

LUDMILA OULITSKAÏA

sans hésiter une seconde j'attribue le prix Nobel de littérature à Ludmila Oulitskaïa.

Je l'ai aimée dès son premier livre, paru en 1993, et qui s'appelait Les Pauvres Parents. Ludmila Oulitskaïa est d'abord une collectionneuse de personnages. Ceux et celles à qui on ne prête pas attention requièrent toute sa délicatesse, tout son amour. Un amour sans complaisance, une curiosité infinie. « J'ai rencontré tant de gens d'une telle beauté qu'il me semble en connaître suffisamment pour dix vies », dit-elle.

Elle a commencé à publier à l'âge de 50 ans, et elle en a aujourd'hui 75. Née le 23 février 1943, en Bachkirie, elle est devenue chercheuse en génétique. Puis, un jour, elle a été chassée de son laboratoire en raison de son amour pour la littérature. Il y avait des poèmes de Joseph Brodsky cachés dans le pied d'une table. « Alors, pendant neuf ans, dit-elle, je n'ai fait que cela : lire. » Comme son héroïne, Sonietchka, la bibliothécaire amoureuse qui ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article