LUDMILA OULITSKAÏA

LUDMILA OULITSKAÏA

sans hésiter une seconde j'attribue le prix Nobel de littérature à Ludmila Oulitskaïa.

Je l'ai aimée dès son premier livre, paru en 1993, et qui s'appelait Les Pauvres Parents. Ludmila Oulitskaïa est d'abord une collectionneuse de personnages. Ceux et celles à qui on ne prête pas attention requièrent toute sa délicatesse, tout son amour. Un amour sans complaisance, une curiosité infinie. « J'ai rencontré tant de gens d'une telle beauté qu'il me semble en connaître suffisamment pour dix vies », dit-elle.

Elle a commencé à publier à l'âge de 50 ans, et elle en a aujourd'hui 75. Née le 23 février 1943, en Bachkirie, elle est devenue chercheuse en génétique. Puis, un jour, elle a été chassée de son laboratoire en raison de son amour pour la littérature. Il y avait des poèmes de Joseph Brodsky cachés dans le pied d'une table. « Alors, pendant neuf ans, dit-elle, je n'ai fait que cela : lire. » Comme son héroïne, Sonietchka, la bibliothécaire amoureuse qui ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes