Loup y es-tu ?

Loup y es-tu ?

Rencontre passionnelle entre deux adeptes du sadomasochisme. Une boucherie pleine de nuances.

Quand on vous parle d'un livre à ne pas mettre entre toutes les mains, il s'agit en général d'une figure de rhétorique. Pas pour celui-là. Il nous vient du brillant DOA, qui avait déjà signé avec Pukhtu un roman sans pareil, qui explorait le conflit afghan par le biais de dizaines de personnages sur près de 2 000 pages. Lykaia repose sur un dispositif plus modeste, mais contient assez de matière noire pour provoquer une déflagration dans les esprits les plus blasés. Cela raconte la passion destructrice et équivoque qui unit deux extrémistes du sadomasochisme.

Le roman commence par un acte de chirurgie sauvage mené dans une boîte berlinoise où l'on aime se faire mal ; et se termine par un carnage symétrique. Entre les deux, on aura plongé dans la psyché barbelée du narrateur - un ancien médecin défiguré par un incendie, qui se plaît à devenir loup par le truchement d'un masque et s'obsède pour une fille croisée lors d'une soirée bien spéciale, retrouvée sur ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine