Louis Guilloux à Saint-Brieuc

Louis Guilloux à Saint-Brieuc

Je le dis très simplement : je n'avais jamais lu Louis Guilloux. Je suis heureuse, je l'avoue, de cette lacune. De découvrir cet auteur si tard, d'en recevoir le choc en différé, un film de Renoir ou de Clouzot en pleine ère Julie Lescaut. Oui, il y eut un temps où le roman français avait cette force. La chance de Louis Guilloux est de ne pas être devenu un classique. Il ne s'est pas usé sous les gloses, les hommages et les clichés.

Ses manuscrits ne sont pas encore accessibles aux chercheurs. On imagine leur bonheur et leur impatience s'ils ont pu voir l'exposition « Mémoires de paperasses », présentée par la Bibliothèque de Saint-Brieuc à l'occasion du centenaire de sa naissance. Par exemple, cette première version du chapitre un de La Maison du Peuple : le texte rédigé à l'encre violette sur un cahier d'écolier corrigé à l'encre bleue ; le nouvel état à son tour recopié avec soin sur des feuillets, puis collé sur la page initiale. La mise au net du Pain des rêve ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes