Louis-Ferdinand Céline

Louis-Ferdinand Céline

Un pastiche de Voyage au bout de la nuit où Bardamu surprend le médecin-chef Bestombes en pleine consultation.

Le soir tombait sournoisement alentour et Bestombes parut soudain las de son mouvement. Il s'était peut-être fatigué le bras. Il gara posément le flingue sodomite dans le tiroir après l'avoir soigneusement torché puis tomba le falzar. Depuis le temps ! Le coït, vite !

Foutre queue ! Divine révélation ! Je le vis enfin dans sa Vérité vraie, l'Agrégé cocoricocoteur ! Son zob, après toutes ces capricieuses trouvailles érotiques, était aussi mou que limace sous la pluie ! Il se nichait dans l'entrecuisse, trois centimètres, pas plus, et vers la gauche encore, tête basse. Un triquouilleur bérézineux c'était notre Bestombes. Depuis mon trou de serrure, je zyeutais fasciné son vermicelle. Je le comprenais enfin, par le tréfonds, le Tonitruant de la Patrie. Mon phraseur aux yeux tendres, si savant à nous envoyer en fanfare à l'abattoir, il valait rien. Il la montrait bien maintenant, son âme, avec son panais déserteur. Les mots, il s'en gonflait pour oublier son flasque et pitoyable ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé