L'ombre d'un double

L'ombre d'un double

L'agent secret trône au panthéon britannique entre Big Ben et le gigot à la menthe. Il a été élevé dans un vivier upper class et son identité visuelle flotte entre l'élégance de James Bond et les rondeurs de Kim Philby, un haut fonctionnaire de l'Intelligence Service qui se révéla dans les années 1960 être depuis toujours un agent du KGB. Dans ce monde spécial où le vrai et le faux sont copains comme cochons, l'héroïsme et la trahison font souvent bon ménage. Romancier espagnol pétri de littérature anglo-saxonne, Javier Marías connaît bien les trésors de duplicité déployés (dans la réalité et la littérature) par les espions de Sa Majesté. Dans Berta Isla, méditation en mode thriller sur les fluctuations de l'identité, on croise John le Carré, T. S. Eliot et Joseph Conrad.

Fruit d'amours anglo-hispaniques, Tomàs est un jeune homme à qui tout réussit. Hyperdoué, il achève ses études à Oxford, assimile sans effort toutes les langues et tous les accents, grâce ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard