L'oeil frémissant

L'oeil frémissant

Il est des poètes dont on aimerait saluer chaque livre : c'est la place qui manque. La dernière fois que j'ai parlé de Pierre Dhainaut dans Le Magazine Littéraire, c'était en mai 2005. Sept livres, sans compter les essais critiques, se sont ajoutés depuis à son oeuvre. Rudiments de lumière, qui vient de paraître chez Arfuyen, est son 34e ouvrage de poésie. Il me semble particulièrement propice pour faire découvrir le poète à qui ne le connaîtrait pas encore, car on y trouve réunis les deux principaux versants de son écriture : d'un côté, des poèmes à la forme soigneusement concertée, certains très brefs, proches du haïku, d'autres au contraire en amples vers libres ; l'autre face du livre est une suite d'aphorismes en prose, le fragment étant un genre dans lequel Pierre Dhainaut est depuis longtemps passé maître. Ces aphorismes ont accompagné l'écriture des poèmes, ils en sont le contrepoint, non le commentaire.

Le mot « rudiments » dans le titre suggère l'i ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé