l'objetLE CAMPING-CAR

l'objetLE CAMPING-CAR

Non, le combi VW n'est pas mort. L'écrivain et historien Ivan Jablonka réhabilite l'engin qui a forgé son enfance et lui a donné le goût de la liberté.

Dans Les Mots (1963), Jean-Paul Sartre écrivait que « son lieu naturel », fixé par l'enfance, était un « sixième étage parisien avec vue sur les toits ». « Moi, c'est le camping-car qui m'a préservé de la parisianité, de la satisfaction haussmannienne, de la connivence entre les élites », rétorque avec malice l'historien Ivan Jablonka dans son singulier essai En camping-car. L'auteur de Laëtitia (prix Médicis 2016) y dresse une touchante réhabilitation intellectuelle de ce « camion farfelu » - un combi VW T2 blanc - avec lequel il parcourut enfant la Californie, l'Europe ou les pays méditerranéens avec famille et amis. De loisir souvent estampillé « beauf », documenté à l'overdose par les émissions de type « Zone interdite » sur M6, le camping-car devient ici un objet littéraire. Quelque part entre une mythologie post-Barthes et une variation des Autonautes de la cosmoroute (1983), de Julio Cortázar et Carol Dunlop. « J'ai grandi dans le camping-c ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon