Livre Paris n'est pas à la fête

Livre Paris n'est pas à la fête

Le Salon du livre bat de l'aile. Des groupes d'éditeurs comme Hachette Livre et Madrigall désertent ou réduisent leur présence et lui préfèrent d'autres rencontres et festivals ailleurs en France.

L'an dernier, Amazon. Cette année, McDonald's. Des stands vantant quelque photocopieuse ou logiciel. Des pays étrangers plus nombreux, mais exposant parfois plus d'imprimés touristiques que de livres. Et des écrivains esseulés derrière des piles d'oeuvres méconnues quand des vedettes du petit écran enchaînent les signatures devant des files de fans. Le Salon du livre de Paris, rebaptisé Livre Paris, n'est plus la fête littéraire qu'il était. Des nostalgiques se souviennent de l'époque où il comptait moins de 150 000 visiteurs avides d'introuvables sous la coupole du Grand Palais. C'est faute de place que l'événement, né en 1981, est parti en 1989 à la porte de Versailles, où il s'est définitivement installé en 1994 après être retourné un temps au Grand Palais. Depuis un couple d'années, il accueille quand même environ 160 000 visiteurs. Mais le public a changé. « Les grands lecteurs viennent moins », reconnaît Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'édition et présiden ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes