L'invention de l'écriture féminine

L'invention de l'écriture féminine

Depuis le lancement de la fusée « écriture féminine » par Hélène Cixous en 1975, la question agite périodiquement les cercles de lecteurs profanes ou autorisés, féministes ou non. Pourtant, ce que l'écrivaine cherchait à inscrire sous ce nom ne relève ni d'une approche sociologique ni d'une définition axiologique de la littérature. L'« écriture féminine » ne désigne pas la littérature produite par des femmes, fait social identifiable et quantifiable pour peu qu'on lui donne droit de citation ; c'est d'ailleurs aux écrivain-e-s féminines nommées Shakespeare, Genet ou Kleist que Cixous faisait la part la plus belle dans son texte Sorties... Elle ne désigne pas non plus tel genre, tel style, tel(s) thème(s), repérables comme « féminins » en vertu d'une définition normative de la féminité. Car si Le Rire de la Méduse (1) et Sorties appelaient indéniablement les femmes à faire voler la langue de leurs plumes, si ces deux textes ont bien accompagné en la ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes