L'Inimitable

L'Inimitable

Inimitable : tel s'affirmait Alexandre le Grand, dont l'équipée aux confins des « terres habitables » s'offre - dès le prologue - en point de fuite au récit d'Irène Frain. Inimitable, rompant le monde rond de l'éternel retour, se projetant hors du temps cyclique. Inimitable, sa ville d'Alexandrie où repose son corps embaumé, dans un cercueil de verre. Inimitable, enfin, se veut aussi la jeune Cléopâtre, trois siècles plus tard, descendante du Macédonien Ptolémée, fils de Lagos le Lièvre, qui fonda dans la ville nouvelle sa dynastie, après la mort du conquérant.

Les premières pages d'Irène Frain peuvent donc dérouter celui qui escompterait un roman historique dans la veine du Nabab 1982 ou quelque pastiche, de style feuilleton, comme Désirs 1986 ou L'Homme fatal 1995. D'emblée, le temps tourbillonne. Les dates et les repères ne suivent pas nos règles de chronologie. Les Ptolémées se succèdent aux Ptolémées dont ils sont les père ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé