Libertins chéris

Libertins chéris

Un essai excitant sur les apportsde la littérature pornographiqueau Siècle des lumières.

Loin d'être un divertissement sensuel ou une provocation, la pornographie littéraire est au coeur de la réflexion philosophique du XVIIIe siècle, avance Colas Duflo, professeur à l'université de Nanterre, en se penchant sur un très vaste corpus, de Thérèse philosophe aux Bijoux indiscrets. « Ces livres que l'on ne lit que d'une main », pour reprendre le titre d'un essai précurseur de Jean-Marie Goulemot en 1994, seraient riches de questionnements et d'enjeux idéologiques que leur hardiesse ne doit pas cacher : à l'heure des « Lumières hétérodoxes », alors que le roman subit à la fois un immense engouement et la censure, pour Colas Duflo, la philosophie expérimentale déployée par la pornographie a contribué de manière déterminante à la laïcisation des débats moraux.

Faisant volontiers disserter ses personnages sur des questions théoriques, du matérialisme à l'intolérance religieuse (pensons à la Juliette philosophe de Sade), le roman pornographique mène allé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article