Libéralisme illibéral

Libéralisme illibéral

La « neutralité » de la loi du marché est à terme incompatible avec la démocratie.

Un argument, fréquent chez les apologues du capitalisme, veut que l'essor de celui-ci induise nécessairement un progrès de la démocratie. C'est ce lien du libéralisme économique avec le libéralisme politique qu'explore Grégoire Chamayou. Il part de la panique soulevée dans le milieu des affaires occidental des années 1970 par les conséquences de la vague de contestations de la décennie 1960. Face à une société devenue « ingouvernable » et affectée de stagflation - un cocktail inédit de stagnation et d'inflation -, certains analystes proches du patronat en viennent à dénoncer ce qu'ils voient comme les effets d'une trop grande démocratie. En libérant les demandes des salariés, elle aurait entamé le taux de profit, menant les entreprises à une ruine programmée.

Examinant la littérature managériale de cette époque, le philosophe montre que, si certaines firmes cherchent à intégrer des dimensions sociales dans leurs objectifs, d'autres prônent l'avènement d'un État à la fois plus ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine