L'hymne de la désobéissance

L'hymne de la désobéissance

Boris Vian vouait une haine totale à la guerre. Sa chanson la plus célèbre, « Le Déserteur », est devenue l'hymne emblématique des pacifistes et des antimilitaristes. Histoire d'une chanson qui n'a pas fini de faire scandale.

Au début de l'année 1954, la France s'enlise chaque jour un peu plus dans le conflit d'Indochine que l'Etat refuse d'appeler : guerre, car depuis huit ans chaque opération militaire dans les colonies joue d'une belle hypocrisie en s'intitulant : pacification, que ce soit à Madagascar, en Corée ou au Maroc.

Le 15 février de 1954, Boris Vian dépose à la Sacem une chanson : Le Déserteur . L'écrivain sort d'une année harassante au cours de laquelle il a publié un roman L'Arrache coeur , fait représenter un opéra à Caen Le Chevalier des neiges , traduit des romans ainsi que des pièces de théâtre, rédigé de nombreux articles pour diverses revues ou journaux et composé quelques chansons.

Le chanteur Mouloudji inscrit aussitôt Le Déserteur à son répertoire et il crée le texte en mai 1954 sur la scène du Théâtre de l'OEuvre dans une version édulcorée Monsieur le président devient Mess ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon