L'horreur du vide

L'horreur du vide

Polémiste hyperactif, l'écrivain fustige la collusion de tous les pouvoirs, travaillant à acculturer l'Italie pour la livrer, hébétée, au pur consumérisme.

Entre 1968 et 1978, l'Italie vit une décennie très complexe : les mouvements ouvriers affirment progressivement leur rôle au sein de la politique nationale, les étudiants réclament une société plus moderne et ouverte aux valeurs laïques, et, de son côté, la classe politique italienne au gouvernement, n'arrivant plus à donner des réponses concrètes, laisse progressivement un vide de pouvoir, dont certaines formations extrémistes nouvellement créées profiteront pour mettre en oeuvre une stratégie de la terreur fondée sur la violence et le désordre généralisé. Si, d'une part, la politique menée par la Démocratie chrétienne ne répond plus aux attentes de la majorité des Italiens, d'autre part, le Parti communiste déçoit les ouvriers et les classes sociales les plus démunies. Dans ce contexte chaotique, Pasolini consacre une grande partie de sa dernière production littéraire, cinématographique et critique à la représentation et à l'étude des causes, des effets et surtout des conséquences ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine