L'horreurà hauteur d'enfant

L'horreurà hauteur d'enfant

Un livre rassemble et met en perspectivedes dessins d'enfants retranscrivant leur expériencede la guerre, de 1914-1918 au conflit syrien.

dessins d'enfants, guerres d'adultes. Le sous-titre laissait craindre un cloisonnement propice aux stéréotypes : d'un côté, les enfants par essence étrangers à la guerre, même quand ils la font ou qu'elle est faite en leur nom ; de l'autre, les adultes seuls acteurs de conflits qui souvent les dépassent. Cet ouvrage, qui accompagnait une exposition strasbourgeoise coordonnée par Zérane S. Girardeau, est cependant remarquable en tous points. De la Première Guerre mondiale au conflit syrien, les dessins recueillis témoignent d'une horreur à la fois universelle - les yeux écarquillés, les mains tendues, la sidération - et spécifique : un massacre à l'arme blanche n'est pas un bombardement. Les oeuvres ne sont pas toujours figuratives, comme en témoigne cette Attaque du World Trade Center, d'un bleu qui semble exploser sous la pression de tout le feu qu'il contient. Ses auteurs avaient 4 et 5 ans. Les contributions des artistes et des scientifiques - historiens, avocat ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon