L'homme qui avait un grain

L'homme qui avait un grain

Même si elle tourne parfois à l'hagiographie, cette success story d'un entrepreneur d'origine yéménite est passionnante.

À bientôt 50 ans, Dave Eggers reste un hyperactif. Romancier, éditeur, il est aussi engagé socialement à travers une institution éducative qu'il a cofondée en 2002 à San Francisco, ou à travers le programme Voice of Witness, qui défend les droits de l'homme en recueillant les témoignages des opprimées. Cette fibre militante se reflète lorsqu'il raconte l'histoire d'Américains immigrés qui ont connu l'injustice : un réfugié soudanais dans Le Grand Quoi, un entrepreneur d'origine syrienne accusé de terrorisme dans Zeitoun, et maintenant Mokhtar Alkhanshali.

Cet Américain d'origine yéménite a relancé la production et l'exportation de café dans le pays de ses ancêtres, berceau du petit fruit rouge. Longtemps réputé médiocre et peu fiable, le café yéménite s'est hissé grâce à lui parmi les cafés les plus réputés. C'est sa success story que dévoile l'écrivain, de son enfance modeste à San Francisco à sa découverte de l'univers du café, ses voyages et la ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes