L'histoire se fait sous nos yeux

L'histoire se fait sous nos yeux

Comment appréhender #MeToo dans le temps long des luttes féministes ? En quoi s'agit-il d'un phénomène neuf ? L'égalité réelle est-elle à l'horizon ? Rencontre avec une philosophe engagée et heureuse des bouleversements actuels.

Raphaël Glucksmann. - Depuis trois mois, nous sommes en proie au vertige. Je dois dire que j'ai d'abord été gêné par les mots « balance » et « porc », puis je me suis plongé dans les témoignages, les récits. Et j'ai compris que nous vivions un moment clé de notre histoire commune, un moment de bascule que nous avons encore du mal à identifier. Je viens donc vous voir pour essayer de le penser. À quoi assiste-t-on ? À une révolution ?

Geneviève Fraisse. - Nous vivons un Événement, avec un é majuscule. Je ne parle pas encore de révolution, mais de révolte. Et cette révolte n'est pas de la délation, comme certains et certaines le clament. Nous ne sommes ni dans une logique de dénonciation ni même dans la simple complainte : ces femmes font des récits, comme vous dites, construisent un discours, racontent l'histoire. « Je suis entrée dans la pièce » ; « j'étais dans le hall de l'hôtel » ; « on m'a emmenée dans la chambre » ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article