L'héritage n'est pas tabou

L'héritage n'est pas tabou

À l'heure du grand débat, où il est question de tout mettre sur la table, que faire des successions ?

le nouveau rapport fou sur les héritages » (FigaroVox), « Ils sont incorrigibles ! Ils veulent à nouveau spolier les classes moyennes » (Boulevard Voltaire), etc. Les sites de droite peuvent dire merci à Terra Nova. La récente proposition du think-tank de la gauche modérée de revoir à la hausse le taux d'imposition des héritages les plus élevés leur donne l'occasion de broder sur leurs chers fantasmes. Toucher au principe de l'héritage serait une « mesure égalitariste », « anti-familles », pré-bolchevique en somme. Or, si l'abolition de l'héritage a fait partie des programmes de Marx et de Bakounine, elle a aussi été portée par les libéraux. Des saint-simoniens à John Stuart Mill, qui recommandait de le plafonner. Keynes militait pour une « euthanasie des rentiers », qui ralentissent le rythme de l'économie par leur prédilection pour l'épargne. Et, pour nombre de self-made-men, comme Alfred Nobel jadis, Bill Gates et Warren Buffett aujourd'hui, il freine la créatio ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon