L'hébreu retrouvé

L'hébreu retrouvé

Une langue vit par ses poètes. Si elle meurt, seuls des poètes peuvent la ressusciter. L'hébreu, qui n'était déjà plus parlé au temps du Christ, a repris vie à la fin du XIXe siècle. Des poètes, des romanciers juifs l'ont réinventé à partir de l'hébreu biblique, afin qu'après des millénaires de silence il puisse nommer le monde moderne. La plupart d'entre eux vécurent en Europe ; Rachel (1890-1931) est la première à avoir vécu en Palestine. Née en Russie dans un milieu aisé et religieux, marquée par la lecture des grands poètes russes (Blok et Akhmatova surtout), elle fait en 1909 un voyage en Palestine qui devait être une simple visite, mais qui la convainc d'y résider. Elle étudie l'agronomie à Toulouse, puis part vivre dans un kibboutz près du lac de Tibériade, en 1919. Elle s'est rêvée peintre, a été agricultrice puis enseignante, mais son destin va faire d'elle une poète. Le destin prend la forme de la tuberculose, qui l'exclut du monde (par peur de la contagion, on la prie de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé