L'extase de passer à la Trappe

L'extase de passer à la Trappe

Où ranger ce Vie et mort des moines de la Trappe ? Voilà un ouvrage qui, faisant le récit de treize agonies « exemplaires », devrait, en bonne logique chrétienne, trouver sa place auprès des textes sacrés, comme la mise en pratique des saints commandements - c'est ainsi que tu mourras, dans la pauvreté et la douleur. Pourquoi, alors, cet étrange sentiment de piocher dans l'enfer de la bibliothèque ? Quand, en 1678, l'abbé Armand-Jean de Rancé publie ses Relations de la mort de quelques religieux de l'abbaye de la Trappe, l'Europe catholique y voit plus qu'une enquête agonistique : un manifeste pour l'austérité radicale. La trajectoire de l'auteur, dont Chateaubriand s'est inspiré pour composer sa Vie de Rancé (1844), parle pour elle-même : après avoir connu la vie à la cour de Louis XIV, Rancé décide en 1664 de renoncer aux mondanités pour reprendre en main l'abbaye de la Trappe. Il devient un champion de l'étroite observance, réforme prêchant le retour au ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon