LES VARIATIONS HAWTHORNE

LES VARIATIONS HAWTHORNE

Une romancière retrace librement la vie de Nathaniel Hawthorne : l'auteur de La Lettre écarlate est le premier écrivain américain à se détacher de l'héritage européen.

Le « poids de l'héritage » familial de l'écrivain Nathaniel Hawthorne (1804-1864) et cette éducation puritaine qu'il rejeta ont déterminé sa vie et son oeuvre. En apprenant que son grand-père, John Hathorne, avait été juge au procès des sorcières de Salem (1692, Massachusetts), il ajouta, pour s'en dissocier, la lettre w à son nom de famille. Pourquoi celle-ci plutôt qu'une autre ? La romancière Marie Goudot livre plusieurs interprétations. Quant à la lettre A, que porte sur sa poitrine la pécheresse dans La Lettre écarlate, de quoi est-elle l'initiale ? « Adultère », sait-on. Mais aussi « Adam, le premier pécheur », ainsi qu'« Amérique », suppose la romancière. Car Hawthorne a été le premier écrivain américain à rompre avec le Vieux Continent, à y enraciner ses fictions.

Ne cherchons pas à trier le vrai de l'imaginaire : il ne s'agit pas d'une biographie de Hawthorne, mais bien d'un roman inspiré par sa vie. Une telle narration à deux voix - celle ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon