Les Trois Mousquetaires, nos ancêtres adoptifs

Les Trois Mousquetaires, nos ancêtres adoptifs

C'est à regret que Dumas se résout tardivement, pour raisons alimentaires, à s'engager dans la voie prometteuse du roman-feuilleton. Redoutant de passer pour un simple amuseur, cet autodidacte obsédé par les genres méprise le roman, présumé mensonger. L'histoire lui servira donc de caution : ce qu'il s'apprête à raconter est donné pour « vrai ». Il s'oriente vers l'histoire romancée, dont La Reine Margot sera l'exemple le plus achevé. Avec pour servitude que l'action, prédéterminée, prime sur les personnages, contraints de s'en tenir au rôle que leur a assigné l'histoire.

Il était en quête d'un sujet lorsqu'il tomba sur les pseudo-Mémoires de M. d'Artagnan, en réalité un roman, où il découvre des personnages d'un autre genre. Pas seulement des actants au service des événements attestés : des êtres dotés d'une existence autonome. Il reconnaît en d'Artagnan le jeune homme qu'il a été, ombrageux et candide, débarquant à Paris la bourse plate, avec pour seul bagage une lettre d'i ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard