Les spectres d'Éros

Les spectres d'Éros

Hanté par la mort et le réel nu d'avant le langage, l'auteur de « Dernier royaume » apparie ses fragments et aphorismes à un érotisme violent. En mots et en images.

Un plongeur qui gagne le fond de l'océan, des peintres de vanité ou de natures mortes, le sourire de La Boétie, des écrivains épris de solitude et de mélancolie, des saynètes sidérantes, les fresques de Lascaux, l'antiquité des songes et le chant des oiseaux, un besoin de consolation inextinguible : la thématique de Pascal Quignard, celle du « jadis invisible, sexuel, intangible, imaginaire, violent, aïeul, irréel », s'est installée dans le paysage de nos sensibilités contemporaines. Elle en compose un des pôles, fracturé, elle en porte la négativité et la douleur archaïque. « Je consacre ce Xe tome à "l'attrait" de tout ce qui est faux dans l'art et dans le rêve », annonce l'écrivain dans L'Enfant d'Ingolstadt.

Rarement Pascal Quignard n'a été aussi enragé à l'égard du monde. La haine de la société, l'obsession de la mort, la nostalgie du réel nu d'avant le langage, le refus des vérités de la philosophie, l'intransitivité violente de l'écriture sont portés par des ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Une jolie fille comme ça », Alfred Hayes (Folio)

Disparition

Andrea Camilleri  © Associazione Amici di Piero Chiara

Andrea Camilleri
L'écrivain italien nous a quittés à l'âge de 93 ans

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine