Les solitudes de Koltès

Les solitudes de Koltès

Une vie complexe à appréhender, une oeuvre difficile à décrypter : Koltès reste dans le théâtre français contemporain l'un des auteurs les plus novateurs et les plus singuliers. Esquisse d'une trajectoire où l'oeuvre et la vie sont intimement mêlées.

Pour appréhender l'univers de Bernard-Marie Koltès, il faut reprendre le récit des origines : l'Eden familial disparu, la perte de l'innocence, les mythes littéraires enfouis, la fuite vertigineuse vers la mort. Dans ce compte à rebours, l'oeuvre et la vie se mêlent, au risque de l'idéalisation. Pourtant, Koltès a conçu son rôle d'une façon très élémentaire : « J'ai seulement envie de raconter bien, un jour, avec les mots les plus simples, la chose la plus importante que je connaisse et qui soit racontable, un désir, une émotion, un lieu, de la lumière et des bruits, n'importe quoi qui soit un bout de notre monde et qui appartienne à tous » Revue Europe , 1983. C'est son génie - et pour une part son mystère - d'avoir su, à la fois, transcender sa propre existence, et anticiper, par la seule force de son oeuvre de fiction, quelques-unes des espérances et des impasses qui guettent l'homme d'aujourd'hui.

« Je ne conçois un avenir que dans une espèce de déséq ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard