Les saints glacent

Les saints glacent

un roman très HAL écrit

L e plus agréable dans les publications du Belial', c'est le soin donné à la typographie, au prière d'insérer, à la biographie de l'écrivain, l'ajout d'un marque-page, mille détails qui évoquent l'intérêt et le suivi d'un éditeur à l'égard des romans qu'il choisit. Le moins intéressant dans l'oeuvre de Richard Paul Russo, c'est l'aplomb avec lequel l'auteur utilise les ressorts du roman-feuilleton pour écrire de la science-fiction. Rien n'y manque, le héros orphelin, le viol de la fidèle servante défigurée, l'héritage prestigieux, l'amour blessé, l'ignominie des conjurés, l'idiot prophétique, le secret derrière la porte des étoiles.

Cela n'a rien de rédhibitoire, car ces données fondamentales du romanesque servent de levier à certains chefs-d'oeuvre, parce qu'elles y sont « transfigurées ». Russo, qui sort des ateliers d'écriture célèbres et célébrés aux USA, n'en a cure. Son but est de livrer un ouvrage professionnel, calculé, calibré, pour offrir a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes