Les riches heures de Virginia

Les riches heures de Virginia

Virginia Woolf est une nouvelle fois à l'honneur, avec trois actualités éditoriales d'importance. Ainsi, certains lecteurs qui connaissent déjà son passionnant Journal 1916-1941 ignorent peut-être celui qui l'a précédé : un Journal d'adolescence 1897-1909, éclairé aujourd'hui par une belle préface de Geneviève Brisac. Commencé à 15 ans, il dévoile une enfance disciplinée et monotone, coupée de révoltes contre les marches quotidiennes forcées et les poèmes « déclamés » le soir par le père prestigieux, Leslie Stephen. Il n'empêche que, très jeune, Virginia Woolf éprouve déjà le besoin de tout, absolument tout observer, noter, thésauriser. Pourtant, dès 1903, le Journal change de ton, il s'envole vers la méditation et l'essai où les romans futurs puiseront largement. D'où l'intérêt capital de ce texte pour suivre l'évolution de Virginia Stephen en ses jeunes années.

C'est un journal douloureux à cause des complications inévitables dans les familles recomposées, à cause des deuil ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes