Les riches heures de Rambaud

Les riches heures de Rambaud

Pasticheur hors pair, Patrick Rambaud s'est taillé un succès spectaculaire avec les deux premiers volumes de sa Chronique du règne de Nicolas Ier plus de 100 000 exemplaires chacun, dans le sillage de La Cour, chronique du royaume, d'André Ribaud, qui fit les beaux jours du Canard enchaîné de 1959 à 1962. Même parti pris de « grand style », celui de Saint-Simon, même humour féroce dans les portraits et la relation des événements du règne. À ceci près que le général de Gaulle inspirait alors un respect que Patrick Rambaud n'accorde guère à son héros, alias « Naboléon ». Il prévient d'ailleurs son lecteur : « La Première Chronique fut scintillante et burlesque, quand la Cour s'installa. La Deuxième à la fois grave et ridicule, qui vit paraître la comtesse Bruni. La Troisième, que vous tenez en main, est plus sombre parce qu'elle présente un Souverain remodelé en Tarzan dans un pays devenu dépressif et répressif. » Il est vrai qu'on rit un peu moins à la lecture de cette troisièm ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Jean Starobinski (© Gallimard)

Jean Starobinski
Hommage à ce grand théoricien de la littérature

Sondage IPSOS