Les racines du mal

Les racines du mal

Le romancier et philosophe inaugure dans une trilogie pour édifier une histoire de la souffrance, depuis l'apparition de la vie sur Terre. Premier volet.

Tristan Garcia entame avec Âmes, première partie d'une trilogie ambitieuse, le parcours de la souffrance. L'auteur s'aventure dans un long récit épique qui traverse les âges et les territoires, entre réactivation mythologique et restitution d'un cadre historique. L'auteur de 7 compose son dernier ouvrage romanesque avec, pour axe et pour sous-titre, une Histoire de la souffrance et, pour mode de structuration, une distribution des personnages par couleur primaire.

Tout commence par la formation d'un être vivant dans les profondeurs sous-marines, dans un monde ni mort ni vivant. De la créature océanique à l'homme des empires et des royaumes en passant par Homo sapiens et Neandertal, des âmes souffrent, s'élèvent, se croisent et se succèdent à travers les époques et les territoires, revêtent d'autres corps pour se retrouver dans un même espace-temps. Elles sacrifient leurs chairs et incarnent des personnages qui deviendront des légendes signifiées pa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon