Les mascaradesd'un siècle enragé

Les mascaradesd'un siècle enragé

Après Raoul Ruiz, son mari disparu,Valeria Sarmiento porte à l'écran le fantasque feuilletoniste portugais Camilo Castelo Branco.

c'est une jeune chambrière qui se laisse mourir d'amour : on lui préfère une dame de la cour de Marie-Antoinette. C'est une fille sans nom, qui ignore tout de sa naissance et qui découvre son ascendance noble : ses parents se sont aimés en cachette d'une société gangrenée par les obscurantismes. C'est une nourrice chérissant un enfant de nulle part, lequel lui promet de l'épouser et l'oubliera peut-être. Elle, c'est Laura, magistralement incarnée par Lou de Laâge, toute en délicatesse et sensualité ; lui, c'est Sebastian, le petit garçon autour duquel se tissent les intrigues les plus rocambolesques, et qui deviendra le maître de toutes les mascarades d'un siècle enragé. Les autres, ce sont deux hommes, Niels Schneider, apollinien en marquis volage, ainsi que Stanislas Mehrar, inquiétant et fixe comme un soleil noir.

Le dernier film, abracadabrant et gracieux, de Valeria Sarmiento est traversé par l'histoire, de la France des Lumières aux premiers éclats du premier ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon