Les mangeurs d'âmes

Les mangeurs d'âmes

Pour conjurer la mort, il suffit parfois d'ingérer des esprits innocents. Au risque de tomber sur un os. Un thriller fantastique par un maître britannique en matière d'histoires à dormir debout.

Comme ceux de Stephen King, les romans du Britannique David Mitchell sont la preuve qu'avec un bon style, de beaux personnages, on peut faire avaler à un lecteur toutes sortes d'histoires à dormir debout et recevoir en prime ses remerciements. Réduit à son intrigue, Slade House ressemble à une série Z pour adolescents portés sur le spiritisme : un frère et une soeur dotés de pouvoirs psychiques repoussent la mort en dévorant les âmes d'innocents. Pour les attirer, ils ont créé une maison illusoire, sise dans une ruelle qui apparaît tous les neuf ans. Le livre se structure sur les visites de ceux qui en franchissent le seuil. Mais certaines âmes ne sont pas si faciles à ingérer, et il arrive que nos cannibales mystiques tombent sur un os.

David Mitchell nous avait déjà raconté une histoire d'immortels qui prenaient le monde pour champ de bataille - le livre s'appelait L'Âme des horloges. Slade House procède de la même manière, exploite la même matière ésotér ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon