Les infiltrés du cimetière

Les infiltrés du cimetière

Le jeune fils du président Lincoln succombe à une fièvre. L'accablement du père le retient entre deux mondes, là où les morts ne se savent pas morts…

On a beaucoup à apprendre des morts : même (surtout ?) quand ils ignorent qu'ils le sont. Cimetière d'Oak Hill, Washington, nuit du 25 février 1862. Willie Lincoln, 11 ans, fils du seizième président des États-Unis, a succombé à la fièvre typhoïde tandis que ses parents donnaient une réception de gala à la Maison-Blanche. Fraîchement inhumé, le nouvel arrivant, « assis sur le toit de sa maison de souffrances », observe son nouvel environnement avec stupéfaction. Car le voici ailleurs : dans le bardo du titre, sorte d'état intermédiaire entre le monde des vivants et la mystérieuse lumière de l'après.

Infusé de mystique tibétaine et chrétienne, ce décor, où va se concentrer l'essentiel de l'action, évoque Le Jardin des délices de Bosch, les fantasmagories d'un Miyazaki grande période, et à peu près tout ce que vous voudrez d'autre : l'imagination débridée de George Saunders, jusqu'ici connu pour ses nouvelles inspirées, fait merveille. Trois « guides » bienveillants ac ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Aurélie Charon © S.Remael/Ed. L’Iconoclaste

Aurélie Charon
Autrice de C'était pas mieux avant, ce sera mieux après (L'Iconoclaste)

Nos livres

NUAGE ORBITAL, Taiyô Fujii, traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain, éd. Atelier Akatombo

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine