Les illusions comiques d'un cuistre américain

Les illusions comiques d'un cuistre américain

Premier écrivain américain couronné, en 1930, par le jury du prix Nobel, Sinclair Lewis, après avoir fait ses premières armes dans le journalisme, troubla le sommeil de ses compatriotes avec Main Street 1920, une critique de la bourgeoisie conservatrice, Elmer Gantry 1927, le récit d'une charlatanerie religieuse, et surtout Babbitt, paru en 1922, fausse comédie au temps du libéralisme triomphant. Bien qu'il n'y ait « rien de géant » en lui, George F. Babbitt est un quadragénaire heureux, prospère et optimiste. Marchand de biens dans une Amérique florissante, pas encore ébranlée par le krach boursier nous sommes en 1920, il mène une existence douillette à Zenith, ville « de l'entreprise et du goût ».

Se définissant comme un ambassadeur du négoce et un commerçant orthodoxe, il se conforme aux usages de sa classe et se flatte d'avoir une morale, d'être un homme vertueux, respectable, et non un flibustier, même s'il lui arrive de tremper dans des magouilles. Peu romanesque, s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine