Les feux de l'amour

Les feux de l'amour

il était une fois un pays qui avait construit des prisons pour enfants parce qu'il n'avait pas trouvé mieux que l'empêchement, l'éloignement, la privation, la restriction, l'enfermement [...] pour essayer de faire de ces enfants-là des adultes honnêtes, c'est-à-dire des gens qui filent droit. » Comme on le voit à cette première phrase, Le Ciel par-dessus le toit, le nouveau roman de Nathacha Appanah, se donne l'ambition programmatique du conte - conte réaliste, sans doute, mais conte quand même, et c'est à la fois ce qu'il y a de bien dans le livre et sa limite. L'histoire est celle d'une beauté autosaccagée et se dévoile de façon faulknérienne - mais un Faulkner pastel, si l'on peut dire, un Faulkner dont la violence panoramique serait réduite à celle d'un paysage français périurbain contemporain - via trois personnages : Loup, un jeune homme qui dort en prison, Paloma, sa soeur, qui a rompu avec la mère, et la mère elle-même, centrale, une femme tatouée, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard