Les farces savantes

Les farces savantes

Selon Molière, la comédie nécessite une dramaturgie raisonnée, fondée sur une construction rigoureuse. Discret théoricien, l'auteur dialogue ainsi avec la doctrine générale du théâtre et les lois de la tragédie.

Comment les comédies de Molière sont-elles composées ? Quelles sont les principales techniques de notre dramaturge ? Et, parmi celles-ci, lesquelles lui sont propres, et lesquelles partage-t-il avec les autres auteurs de son époque ? Bizarrement, ces questions ont été assez rarement posées par la tradition critique, plus soucieuse d'interpréter et de faire signifier les pièces du grand homme que de comprendre comment elles sont faites. Ce qu'on néglige ainsi, c'est ce que les spécialistes du théâtre nomment la « dramaturgie », l'art de composer une intrigue, ou, pour reprendre les termes du xviie siècle, l'art de « disposer » composer un « sujet » la série des actes et des scènes à partir d'une « fable » l'histoire. Autrement dit, l'art de la structure.

Le travail de composition de Molière - la genèse de ses pièces - est très mal connu car nous ne possédons aucun de ses brouillons, qu'il détruisait sans doute de manière systématique pour qu'ils ne parviennent pas dans les mai ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon